Sélectionner une page

Grâce à la réforme de la loi cantonale sur le chômage de 2007, à laquelle j’ai activement contribué, et à la réorganisation de l’Office cantonal de l’emploi (OCE) sous ma direction, Genève s’est rapproché de la performance moyenne des cantons suisses en matière de lutte contre le chômage. Notre canton en était très éloigné, surtout en matière de durée moyenne du chômage, près de deux fois plus longue, un vrai drame pour les chômeurs !

Il faut maintenant intensifier la collaboration avec les employeurs en établissant avec un plus grand nombre d’entre eux un vrai partenariat de recrutement.

Le service employeurs de l’OCE, que j’ai créé en 2010, dispose des moyens et des compétences pour cela, mais il ne faut pas rendre sa tâche plus difficile en culpabilisant sans cesse les employeurs, voire en les menaçant de nouvelles législations et de contrôles bureaucratiques.

A Genève, le chômage a cessé d’être très supérieur à la moyenne des cantons suisse, comme c’était le cas il n’y a pas si longtemps encore.

Plus important encore : la durée moyenne du chômage qui était à Genève deux fois plus longue que la moyenne suisse, est désormais proche de celle-ci. Cet aspect est très important car la durée du chômage est le facteur le plus désespérant pour les personnes qui y sont confrontées. Le graphique ci-dessous montre bien ce rapprochement de la moyenne suisse, à l’exception de la période de crise 2009-2011, qui a frappé Genève comme la Suisse très durement.

Ce bon résultat est à mettre au crédit de la bonne performance de l’économie genevoise, bien sûr. Mais la réforme fondamentale de la loi cantonale de lutte contre le chômage, et la réorganisation importante de l’Office cantonal de l’emploi (OCE) réalisées dès 2007 sous l’impulsion du Conseiller d’État et actuel président du Conseiller d’État François Longchamp, ont été déterminants dans les progrès considérables accomplis dans le traitement de la lutte contre le chômage à Genève.

Il faut relever que nous avons pu bénéficier de l’appui d’un grand nombre d’employeurs genevois, ainsi que d’un bon nombre de Services et Offices du petit et du grand État.

Je suis très fier d’avoir pu, en tant que directeur de l’Office cantonal de l’emploi, contribuer activement à ce succès, et je suis aussi très satisfait de constater que ce que nous avons mis en place continue de permettre à de nombreux chômeurs de retrouver un emploi.
Mais la lutte continue ! Il faut travailler sans relâche à convaincre les employeurs que l’OCE peut les aider efficacement dans leur recrutement, sans les décourager par des contraintes administratives.

Il faut aussi continuer à motiver les collaborateurs de l’OCE pour ce qui est leur raison d’être : permettre au plus grand nombre possible de chômeurs de retrouver un emploi, mois après mois.

Patrick Schmied